La Ffpp s’est une fois de plus associée à différentes organisations professionnelles de la psychiatrie pour souligner :

  • Sa perplexité suite aux propos de Madame Cluzel, sur RTL, le 1er avril - et non ce n’était pas un poisson ;( - concernant la prise en charge d’enfants porteurs d’autisme :

« Avec notre plan, il s’agit de ne plus placer des enfants autistes devant des psychiatres... »

Comment Madame Cluzel peut-elle penser la prise en soin de tous ces enfants porteurs de troubles du spectre autistique, pas seulement Asperger, mais tous ceux qui sont accueillis et soignés dans les services de pédopsychiatrie sur tout le territoire ? La Ffpp fait partie du Conseil National des TSA et TND, pour autant notre position a toujours été claire tant du côté de la défense de la pluralité des approches que celle du service public, y compris dans le travail effectué dans cette instance. lien vers communiqué - fin de la psychiatrie

  • Son regret du choix fait pour le délégué ministériel à la psychiatrie.

Il ne s’agit évidemment pas de remettre en cause les compétences du Professeur Franck Bellivier, universitaire et chercheur. Il s’agit de questionner le choix des neurosciences, une fois de plus au cours de cette mandature présidentielle. La recherche de marqueurs biologiques est très certainement intéressante, voire inéluctable, mais certainement pas unique pour répondre aux problèmes de la psychiatrie en France aujourd’hui. Un psychiatre de terrain, de secteur, aurait donné un signe fort à la psychiatrie publique. C’est la raison pour laquelle, la Ffpp a cosigné le second communiqué lien vers communiqué - nomination délégué