La psychologie du jeu à Blackjack Ballroom

 

Mise à jour 29/03/2020

Fiche n° 2 - Télépsychologie

 

Ce dossier vise à proposer un certain nombre de repères pour les prises en charge en audio ou visio-consultation pour les psychologues, quel que soit leur cadre d’exercice ou d’intervention (par exemple en libéral avec des patients ou sur une plateforme de soutien).

Il renvoie cependant à plusieurs documents annexés :

  • Pour promouvoir la qualité des plateformes et assurer la protection des usagers, nous avons élaboré un modèle de charte qui vise à structurer les rapports entre les psychologues et la plateforme. LIEN vers la Charte
  • La question de l’intervention des psychologues dans le cadre du soutien à distance a posé la question du bénévolat. Nous faisons figurer dans le document annexé la position de la FFPP sur cette question. LIEN en rédaction
  • En complément des documents mis en ligne, nous avons été amenés à diffuser une fiche synthétique de recommandations pour la télépsychologie. LIEN vers la fiche

Mots-clés : télépsychologie

 

La télépsychologie est définie comme la prestation de services psychologiques à l’aide des télécommunications. Elle concerne donc les pratiques à distance des psychologues, médiatisées par des outils technologiques. Il peut s’agir de communications écrites, verbales ou vidéoconférence, instantanées ou différées.

Ainsi, les enjeux déontologiques relatifs à la circulation des données et à leur protection sont essentiels à réfléchir dans le cadre particulier de l’exercice du psychologue.

Les aspects méthodologiques sont également au cœur de ces pratiques encore assez nouvelles, notamment en termes de gestion du temps, de l’espace et de l’écoute du psychologue dont les modalités sensorielles et interactionnelles sont modifiées par rapport au cadre de l’entretien en présentiel.

Dans le contexte actuel de crise sanitaire, de nombreux psychologues ont proposé de poursuivre leurs consultations avec leurs patients à distance. A noter que certains patients n’ont pas souhaité bénéficier de ce mode de prise en charge et ont préféré suspendre leur suivi.

 

  1. Recommandations concernant la pratique de la telepsychologie dans le contexte du covid 19 :

    1.1.Recommandations concernant la pratique de la télépsychologie en France :

    1.1.1. Fiche de recommandions de la FFPP pour la télépsychologie (LIEN vers la fiche)

Dans le cadre de l’épidémie, les consultations en ligne, notamment en vidéoconférence, représentent une alternative accessible pour réaliser des entretiens psychologiques. Beaucoup de psychologues favorisent généralement le contact en présentiel avec leur patient (Code de déontologie des psychologues, 2012, art. 27), mais pour la santé de tous, des solutions alternatives doivent être explorées aujourd’hui. Les recherches montrent que la qualité de la relation clinique établie à distance et médiatisée par un outil technologique comme la vidéoconférence peut être très proche de celle établie en face à face, bien que des spécificités existent dans ce cadre de prise en charge.

 

  • Prérequis :

Le psychologue s’engage à respecter le code de déontologie, en le signant, par exemple.

Le Code de déontologie des psychologues reste un support essentiel pour soutenir la pratique à distance du psychologue. Il formule un certain nombre « d’invariants déontologiques » comme le principe de compétence et de rigueur, de responsabilité professionnelle, de probité, de respect du but assigné et de respect des droits fondamentaux des personnes. De plus, la Commission nationale consultative de déontologie des psychologues (Cncdp) propose sur son site quelques avis sur certains aspects déontologiques de la pratique du psychologue utilisant un mode de communication non directe[1].

Le psychologue veille à rendre accessible toute information permettant de garantir son identité et son titre auprès de son patient (Nom, n° Adeli, qualifications, organisme pour lequel il intervient s’il y a lieu, situation géographique).

Il s’assure tout au long de la prise en charge du consentement éclairé de son patient, mais aussi de ses capacités à bénéficier d’une téléconsultation : âge, états cognitif, psychique et physique, barrières liées à la langue ou à l’utilisation des technologies, lieu adéquat préservant la confidentialité pour le patient chez lui et chez le psychologue.

 

  • Contre-indications :

Si le patient présente des troubles anxieux ou dépressifs sévères, des idées suicidaires, d’autres troubles psychopathologiques majeurs, l’orienter vers le CMP de son domicile ou un psychiatre en libéral, selon le délai de réponse, en s’assurant de la réponse qui lui est donnée.

 

  • Outils :

Utilisez des outils de vidéoconférence professionnels adaptés à la téléconsultation. Ne comptez pas sur les applications comme Facebook Messenger, WhatsApp, Skype... qui ne garantissent pas un niveau de sécurité des données suffisant.

 

  • Recommandations :
  1. Discutez de l'option avec votre patient (de préférence par téléphone), expliquez-en le sens et insistez sur l'importance de compter sur les consultations en ligne dans le présent contexte.
  2. Idéalement, le faire de façon privilégiée avec des patients que vous avez déjà rencontrés, avec lesquels vous savez intervenir au mieux avec eux. Cependant, dans le cadre de dispositifs mis à disposition de la population et des professionnels, et dans les circonstances spécifiques de l’épidémie (Croix Rouge, SPS, etc.), vous pouvez bien sûr être amenés à prendre en charge à distance des personnes en souffrance que vous n’avez jamais rencontrées.
  3. Assurez- vous que vous-même et votre patient êtes dans un espace privé et que vous ne pouvez pas être dérangés durant l’ensemble de la consultation.
  4. Assurez-vous d'avoir suffisamment de temps pour la mise en place technique.
  5. Programmez en amont, le début et la fin de la consultation en accord avec votre patient.
  6. Évitez de faire usage d'un ordinateur public, fermez la session à la fin de l’intervention et gardez votre système d'exploitation et / ou applications à jour.
  7. Méthode, rigueur, compétence : le psychologue est conscient des limites de son intervention, de la relativité de ses évaluations, qui plus est lorsqu’il utilise un mode de communication non directe (risque de distorsion ou de perception erronée d'un message, information partielle, littérature scientifique limitée, etc.) et des limites de son champ de compétence s’il y a lieu.
  8. Le psychologue explicite ses objectifs, ses méthodes et informe son patient sur les risques potentiels et/ou bénéfices de la télépsychologie et sur les alternatives possibles.
  9. Le psychologue est informé de ses obligations relatives au respect des législations en vigueur, notamment en matière de protection des données personnelles (RGPD) [2]; il s’assure que le support qu’il utilise pour réaliser des téléconsultations est en conformité avec ces obligations et veille à en informer préalablement son patient.

 

1.1.2. Communiqué du Syndicat national des psychologues concernant la téléconsultation :

 Communiqué du Syndicat national des psychologues [consulté le 27/03/2020]

 1.2.Associations et organisations de psychologues de pays francophones

1.2.1. Recommandation de la Fédération européenne des associations de psychologues (EFPA) :

Guideline online consultation [consulté le 25/03/2020]

1.2.2. Belgique :

- Directives de Psycom (Commission des Psychologues Belges) relatives à l’usage de la télépsychologie [consulté le 25/03/2020] 

- Union professionnelle des psychologues cliniciens [consulté le 27/03/2020]

1.2.3. Suisse :

- Recommandations de la Fédération suisse des psychologues [consulté le 25/03/2020]

1.2.4. Canada-Québec :

- Conseil grand public sur la téléconsultation (ordre des psychologues du Québec)[consulté le 25/03/2020]

 

 1.3.Autres associations et réseaux

- Le réseau PsyExpat (réseau des psychologues francophones de l'étranger)[consulté le 25 mars 2020]

 

 

  1. Informations sur les initiatives nationales, associatives et locales de soutien psychologique :

 

 2.1.Exemples de dispositifs de soutien psychologique en ligne dans le contexte du COVID-19:

Une première recension de différents dispositifs de soutien psychologique mis en place dans le contexte de crise sanitaire Covid-19 vous est proposée. Certains dispositifs sont ouverts au public, d’autres plus particulièrement aux soignants et aux professionnels de santé, d’autres enfin à un public plus spécifique (famille, handicap). Cette liste est indicative et ne prétend à aucune exhaustivité. Certains dispositifs sont assurés exclusivement par des psychologues, d’autres en collaboration avec d’autres professionnels (ex. médecins psychiatres, psychanalystes, psychothérapeutes).

 

Dispositif géré par la Croix-Rouge et le réseau national de l’urgence psychologique ouvert à toute la population : prise en charge médico-psychologique - 0 800 130 000 (24h/24 et 7j/7). 

Dispositif de soutien aux soignants géré par l’association SPS  [consulté le 27/03/2020] : plateforme nationale d’écoute mise en place par l’association SPS pour aider les soignants mobilisés contre le covid19 - 0805 23 23 36 (24h/24 et 7j/7).

Dispositif d’écoute et d’assistance géré par le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM)  [consulté le 29/03/2020] : plateforme tenue par des psychologues accessible à l’ensemble des professionnels de santé en difficulté - 0800 288 038 (24h/24 et 7j/7)

L’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) : service d'assistance  téléphonique, afin d'orienter les personnels soignant qui auraient besoin d'aide vers des psychiatres libéraux gratuitement - 01 40 25 67 11 ou 01 40 25 67 13 ou 01 40 25 67 19 (24h/24 et 7j/7).

 

Le service de santé des armées : soutien médico-psychologique au profit des militaires, des civils de la défense et de leur famille - 08 08 800 321 (24h/24 et 7j/7).

 

Plusieurs hôpitaux mettent en place localement (en partenariat avec les CUMP, ARS, associations locales etc.) des dispositifs de soutien aux soignants et au public, c’est le cas par exemple :

  • Help Line Covid-19 géré par le Centre université de Paris APHP pour le soutien psychologique des soignants de l’AP-HP – 01 42 34 78 78 (lundi au vendredi).
  • CovidPsy33 géré par le Centre Hospitalier Charles Perrens : plateforme téléphonique d’accompagnement psychologique - 0 800 71 08 90 (lundi au vendredi, 10h-18h).
  • CHU de Besançon : dispositif de soutien en partenariat la Cellule médico-psychologique (CUMP) régionale à destination de la population locale - 03 81 66 88 22 (7j/7, 8h30-18h).

Psychologues Solidaires : téléconsultations gratuites pour tous les personnels soignants et non-soignants des établissements de santé et les soignants libéraux : [consulté le 27/03/2020]

Action Inpsy via la plateforme BeMyPsy : consultations grand public et pour les professionnels de santé tenues notamment par des psychologues :  https://www.reseaupsychologues.eu, https://bemypsy.com [consultés le 27/03/2020]

Benévoles CovidEcoute : [consulté le 27/03/2020]

Psy For Med : dispositif qui met en lien le personnel médical avec des psychologues bénévoles. [consulté le 27/03/2020]

CyberpsyCo : dispositif initié par Olivier Duris, Pierre-Henri Garnier, Serge Tisseron, Frédéric Tordo à destination des professionnels psychologues ou professionnels de santé : [consulté le 27/03/2020]

 

Plate-forme TOUS MOBILISES : soutien aux familles ayant un enfant en situation de Handicap. [consulté le 28/03/2020]

 

Centres du Pôle Psychanalytique de l’Association de santé mentale du 13ème arrondissement de Paris (ASM13) : offre d’écoute et de soutien aux soignants confrontés à l’épidémie du coronavirus et à leurs familles dans le contexte de la crise sanitaire actuelle - [consulté le 28/03/2020]

Association de psychanalyse le Pari de Lacan : numéro de téléphone qui s’adresse aux soignants. Permanence téléphonique les lundi, mercredi et vendredi. [consulté le 28/03/2020]

 

Psychiatres solidaires : [consulté le 28/03/2020]. Dispositif tenu par des psychiatres ou médecins bénévoles, aptes à gérer l'aspect psychologique/psychiatrique, qui propose des créneaux de téléconsultation spécifiques pour les soignants qui font face à la crise du COVID-19.

 

Tamadeus (psychologues en Suisse) :  groupe de psychologues suisses propose un dispositif de soutien gratuit [consulté le 28/03/2020]

 

Plusieurs plateformes de téléconsultations proposent d’ouvrir gratuitement l’accès à leur outil (ex. Doctolib, Moodwork, etc.) aux psychologues désireux de venir en soutien du public ou des soignants.

 

 2.2. Recommandations de la FFPP concernant le choix d’une plateforme de téléconsultation :

 

Dans ce contexte sanitaire du COVID-19, plusieurs plateformes de téléconsultation proposent actuellement aux psychologues de leur donner accès, parfois gratuitement, à leur application afin de permettre de réaliser des téléconsultations.

 

Voici quelques éléments sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour effectuer votre choix et/ou vérifier que le support que vous utilisez respecte un certain nombre de conditions (techniques, sécurité, etc.).

 

 
  • Privilégier une plateforme déjà adaptée aux professionnels psychologues qui propose notamment un encart pour vous présenter et communiquer votre identité et numéro Adeli.
  • Privilégier un outil qui vous donne la possibilité de choisir, selon la situation, vos patients mais aussi selon votre aisance technique, plusieurs médias comme le téléphone ou la visioconsultation, vous pourrez ainsi choisir le média le plus adapté.
  • Idéalement, privilégiez un outil qui vous donne la possibilité de coupler vos rendez-vous convenus sur la plateforme avec votre agenda, ou encore, un outil qui propose la fonctionnalité d’une salle d’attente en ligne.
  • Vérifier auprès de l’éditeur de la plateforme qu’il bénéficie d’un débit suffisant en cas d’utilisation par plusieurs psychologues en même temps.
  • Privilégier également une solution en ligne qui s’appuie sur un Hébergeur agréé données de santé.
  • Eviter les sites qui pratiquent la revente de données personnelles, telles que : l’historique des consultations, les données contenues dans l’agenda du psychologue,…
  • S’il s’agit d’un exercice bénévole : assurez-vous auprès de l’organisme que vous contactez que la mission est compatible avec l’usage de votre titre de psychologue, vos compétences, votre déontologie ainsi que les règles sanitaires édictées par le gouvernement.

 

 

  1. Ressources à l’usage des psychologues sur les pratiques psychologiques à distance :

 3.1.Supports utiles à la pratique de la télépsychologie et aspects déontologiques :

3.1.1. Codes, normes et guides :

 

  • En France et en Europe :

 

 

 

  • Autres pays (Etats-Unis, Canada, …) :

 

-    Guidelines for the practice of telepsychology (2013 - APA American Psychological Association)

 

 

3.1.2. Quelques références sur les aspects déontologiques relatifs à la télépsychologie :
  • Lejamtel C., 2012, « Les Enjeux déontologiques de la pratique de la psychologie dans un environnement virtuel », in B. TISSON (dir.), Pratiques psychologiques : enjeux éthiques et déontologiques, Lyon, Chronique sociale, p. 162-183.
  • Leroux Y., 2008, « Psychothérapies en ligne ‒ Histoire, questions éthiques, processus », Psychothérapies, n° 28, p. 211-221.
  • Alter C. et Ouazzani M., 2016, « Le Psychologue et les nouvelles pratiques à distance (téléphone, internet, webcam…). Réflexions et apports déontologiques », Actes de la journée d’étude de la CNCDP : Commande, demande, consentement, p. 27-32.
  • Parsons T. D., 2019, Ethical challenges in digital psychology and cyberpsychology paperback, Cambridge, Cambridge University Press.

 

 3.2. Aspects cliniques et méthodologiques liées à la pratique clinique à distance

Cette recension propose différentes ressources documentaires (articles, ouvrages, communications etc.) abordant plus particulièrement les aspects cliniques et méthodologiques de la pratique à distance (télépsychologie) dans la variété des pratiques et des contextes d’intervention (télépsychothérapie, soutien à distance à but préventif etc.)

 

 

3.2.1. Quelques références concernant les pratiques de l’entretien clinique en visioconsultation :
  • Astruc, B., Latrouite-Ma, M., & Chaudot, C., 2015, « Thérapies d’adolescents par vidéo-consultation », Adolescence, n° 33, P. 573-582.
  • Bouchard, S., Germain, V., Marchand, A., Guay, S., Drouin M.-S., 2010, “Assessment of the Therapeutic Alliance in Face-to-Face or Videoconference Treatment for Posttraumatic Stress Disorder”, CyberPsychology and Behavior, 13(1), 29-35.
  • Berryhill M.B., Culmer N., Williams N., Halli-Thierney A., Betancourt A., Roberts H., King M., 2019, « Videoconferencing psychotherapy and depression: a systematic review », Telemedicine and e-Health, n° 25/6, p. 435-446.
  • Bouchard S., Dumoulin S., Michaud M., Gougeon V., 2011, « Telepresence experienced in videoconference varies according to emotions involved in video-conference sessions », Annual Review of CyberTherapy and Telemedicine, n° 9, p. 104-107.
  • Germain V., Marchand A., Bouchard S., Guay S., Drouin M., 2010, « Assessment of the therapeutic alliance in face-to-face or videoconference treatment for posttraumatic stress disorder », Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, n° 13/1, p. 29-35.
  • Haddouk L., 2015, “Presence in Telepsychotherapy. Towards a Video-Interview Framework”, International Journal of Emergency Mental Health and Human Resilience, n° 17(4), p. 712-713. DOI : 10.4172/1522-4821.1000296
  • Haddouk L. (2016). 1. Cyberpsychologie et entretien clinique. Dans : , L. Haddouk, L'entretien clinique à distance: Manuel de visioconsultation (pp. 29-53). Toulouse, France: ERES.
  • Haddouk L., 2018, « Modalités objectales des relations digitales », Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, n° 70/1, p. 47-58.
  • Haddouk, L., Bouchard, S., Brivio, E., Galimberti, C. et Trognon, A., 2018, « Assessing presence in videconference telepsychotherapies: A complementary qualitative study on breaks in telepresence and intersubjectivity co-construction processes.” Annual Review of CyberTherapy and Telemedecine, p.118-123. DOI : 10.1037/1528-3542.6.3.
  • Mathieu-Fritz A., 2018, « Les téléconsultations en santé mentale. Ou comment établir la relation psychothérapeutique à distance », Réseaux, n° 207, p. 123-164. https://www.cairn.info/revue-reseaux-2018-1-page-123.html
  • Dossier Le Journal des psychologues, 2012, « Des psychologues sur internet ? », 8, n°301.

 

 

3.2.2. Quelques références concernant les pratiques de l’entretien par téléphone :
  • Cadeac B. et Lauru D., 2007, « L’Entretien clinique au téléphone », Le Carnet PSY, n° 121, 8, p. 22-24.
  • Capobianco A. et Gonzalez J., 2012, La Clinique au bout du fil - L'aide psychologique par téléphone en question, Paris, Presses Universitaires de France.
  • Chareyre L. et Smadja O., 2012, « De la téléphonie santé aux forums sur le Net : cinquante ans d’évolution de l’aide à distance en santé », La Santé de l’Homme, Saint-Denis, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), n° 422, p. 14-17.
  • Comblez S., 2009. « Psychologue sur une ligne d'écoute, une rencontre "décorporéisée" », Le Journal des Psychologues, n° 267/4, p. 40-44.
  • Cook J.E. et Doyle C., 2002, « Working alliance in online therapy as compared to face-to-face therapy; Preliminary results », Cyberpsychology and Behavior: The impact of the Internet, Multimedia and Virtual Reality on Behavior and Society, n° 5, p. 95-105.
  • Dangaix D., 2012, « La téléphonie réduit les distances, l'anonymat permet la liberté d'échange, entretien avec Bacquerie Mirentxu », La santé de l’Homme, Saint-Denis, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), n° 422, p. 31-32.
  • Hammond G.C., Croudace T., Radhakrishnan M. et al., 2012, « Comparative Effectiveness of Cognitive Therapies Delivered Face-To-Face or Over the Telephone: An Observational Study Using Propensity Methods », PLoS One, 9, n° 7. doi: 10.1371/journal.pone.0042916
  • Holleaux A. et Da Silva E., 2009, « Une Écoute suffisamment bonne », Le Journal des Psychologues, n° 267/4, p. 50-53.
  • Jama et Archives Journals 2012. Effectiveness of telephone-administered vs. Face-to-face cognitive behavioral therapy for depression compared, ScienceDaily, 5 June 2012. [www.sciencedaily.com/releases/2012/06/120605172013.htm], Consulté le 07 janvier 2020.
  • Leclercq B. et MINARY J.-P., 2008, « Téléphonie et i-relation : la parole adolescente filtrée », Nouvelle revue de psychosociologie, n° 2/6, p. 175-191.
  • Missonnier S., 2007, « Une Relation d'objet virtuelle ? », Carnet psy, n° 120/7, p. 43-47.
  • Murphy G., 2013, « The National Suicide Prevention Lifeline and New Technologies in Suicide Prevention: Crisis Chat and Social Media Initiatives », in B.L. Mishara, A. KERKHOF (dir.), Suicide Prevention and New Technologies, London, Palgrave Macmillan, p. 111-122.
  • Sapio S., 2009, « Psychologue écoutant en téléphonie, une autre façon d'exercer », Le Journal des Psychologues, n° 267/4, p. 45-49.
  • Suler J., 2004, « The Online Disinhibition Effect », CyberPsychology and Behavior, n °7, p. 321-326.
  • Vasse D., 1977, L’Inconscient et le téléphone, SOS Amitié France, n° 15, p. 20-27.
  • Dossier Le Journal des psychologues, 2009, « Psychologues au téléphone », 4, n°267.

 

3.2.3.  Autres références pour les pratiques utilisant d’autres médias synchrones ou asynchrones (courrier électronique, SMS, forums, applications, etc.) et sur la télépsychologie en général :
  • Chareyre L. et Smadja O., 2012, « De la téléphonie santé aux forums sur le Net : cinquante ans d’évolution de l’aide à distance en santé », La Santé de l’Homme, Saint-Denis, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), n° 422, p. 14-17.
  • Dijksman I., Dinant G.F. et Spigt M., 2017, « The Perception and Needs of Psychologists Toward Blended Care », Telemedicine and e-Health, n° 23/12, p. 983-995.
  • Haddouk L. et Schneider B., 2020, « La Cyberpsychologie : de nouveaux enjeux pour les pratiques des psychologues », Le Journal des Psychologues, n° 373/1, p. 10-11.
  • Leroux, Y., 2014, Mon Psy sur Internet. Guide pratique et mode d’emploi de la thérapie en ligne. FYP Edition.
  • Leroux, Y., & Lebobe, K., 2015, « Que peut faire un thérapeute d’adolescents avec internet ? », Adolescence, n°33, p. 511-522.
  • Maheu M., Pulier M. L., Mc Menamin J. P. et Posen L., 2012, « Future of telepsychology, telehealth, and various technologies in psychological research and practice », Professional Psychology: Research and Practice, n° 4/6, p. 613-621. [DOI : 10.1037/a0029458]
  • Radillo A. et Virole B., 2010, Cyberpsychologie. Remédiation des apprentissages, pratiques thérapeutiques, analyse des comportements, Paris, Dunod.
  • Dossier Le Journal des psychologues, 2017, « Robots et numérique : de nouveaux outils pour le psychologue », 8, n°350.

[1] Voir notamment : http://www.cncdp.fr/index.php/index-des-avis/index/419-avis-cncdp-2013-03 et http://cncdp.fr/index.php/index-des-avis/index/505-avis-cncdp-2017-02

[2] Pour comprendre : https://www.cnil.fr/fr/rgpd-par-ou-commencer