Formation des psychologues et stages : la mort annoncée

Dans le numéro 18 des Brèves de Fédérer (avril 2014), l’éditorial exprimait un certain nombre d’inquiétudes pour la formation. Par ailleurs, la FFPP et l’AEPU avaient invité les collègues des universités et des organisations à deux réunions le 17 mai dernier.

La première réunion portait sur la question de nomenclatures de master et nous rendons compte dans le numéro de Fédérer à paraître (mai-juin) du contexte et des perspectives issues de cette rencontre. Nous osons croire qu’une convergence de réflexion et d‘action trouvera un écho constructif auprès de toutes les parties invitées.

La seconde réunion portait sur les stages et nous envisagions un bilan et des perspectives d’action pour la rentrée à la suite de messages envoyés par plusieurs de nos collègues de différentes universités. Au moment de notre rencontre, nous ne disposions pas des plus récentes données sur les textes en cours d’examen au parlement dont une disposition essentielle (cf. Fédérer à paraître) fixe à 1 mois de stage la période à partir de laquelle l’obligation de gratification est due.

Les craintes que nous avons exprimées, telle qu’elles ont été reprises par l’AEF suite à une interview du début de la semaine passée (cf. Fédérer à paraître) se voient donc plus qu’amplifiées : ces nouvelles dispositions, adoptées au sénat en première lecture le 14 mai, additionnées au risque découlant de la suppression de toute sélection, signent la mort annoncée de nos formations du fait de l’impossibilité de mettre en œuvre les stages de psychologie.
La réglementation prévoit l’obligation de stage de 500h en master, reposant sur une unicité d’encadrement. Il est de la responsabilité de l’Etat d’indiquer comment il peut traiter des dispositions aussi fondamentalement contradictoires sans sacrifier une formation donc une profession, sans engager lourdement sa responsabilité vis à vis des usagers directement pris en charge par les psychologues.

Nous proposons donc d’envisager un mode d’action proportionnel au risque encouru et nous invitons les collègues universitaires, avec le soutien des praticiens, sur la base de cette annonce puis d’un texte à rapidement élaborer et diffuser avec l’ensemble des organisations et syndicats, à envisager la suspension de la mise en œuvre de nos formations de master à la rentrée, en accompagnant cette mesure de tous les moyens d’information et de pression possibles auprès des parlementaires. Jouez aux meilleurs www.kizi2games.net aujourd hui.

Benoît Schneider
Président de la FFPP

Partagez l'article

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest
ACTUALITÉS
Cela pourrait également
vous intéresser

Les Assises : et après ?

Les choix politiques sont faits Passée la stupeur des annonces du Président à l’issue des Assises de la Santé mentale et de la Psychiatrie (Président…
Demande de résiliation d'abonnement