Les psychologues sont essentiels…

Depuis avril 2020, les psychologues sont sollicités pour intervenir auprès d’une population particulièrement fragilisée par cette crise. Lors du premier confinement, et dans un élan de solidarité, nombreux sont ceux qui se sont mobilisés pour répondre bénévolement sur les plateformes d’écoute mises en place. Les autres, dans les institutions médico-sociales et les hôpitaux, ont bien sûr majoritairement continué à travailler. Nous étions alors semble-t-il essentiels. Plusieurs annonces du Ministre de la santé ont souligné l’importance des psychologues dans cette période particulière. Pourtant, lors du deuxième confinement, c’est après avoir été sollicité par la FFPP que le Ministère a précisé que les psychologues pouvaient continuer à travailler.

Lors de ce troisième confinement, la FFPP doit à nouveau interpeller le Ministère de la santé pour que les psychologues en libéral puissent bénéficier « des solutions d’accueil (sont) instaurées pour les enfants des professionnels indispensables à la gestion de l’épidémie ».

Réponse : « le sujet est sensible… ».

Non, le sujet n’est pas sensible. Si nous sommes une profession essentielle, s’il est proposé de rendre davantage accessible à la population les accompagnements psychologiques, pourquoi sommes-nous alors habilités à ouvrir nos cabinets sans pour autant pouvoir obtenir l’accès prioritaire à la garde d’enfants? Nous rappelons que pour pouvoir bénéficier de la garde, il faut que les deux parents soient considérés comme prioritaires et qu’il n’y ait pas de possibilité d’avoir recours à du soutien familial. Autrement dit, cela ne concernera que peu d’entre nous, mais les partis pris politiques sont avant tout des signaux symboliques dont nous avons besoin nous, psychologues, en cette période.

Alors prioritaires ou pas ? Prioritaires pour soutenir les étudiants ? ou pas ? Car, là paradoxalement, et bien cela ne sera pas possible pour nombre d’entre eux… enfin d’entre elles, puisque la profession est à 86% féminine.

Avant qu’il ne soit trop tard, nous ré-insistons pour que les psychologues soient inscrits sur cette liste des professionnels essentiels ET prioritaires

Partagez l'article

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest
ACTUALITÉS
Cela pourrait également
vous intéresser

Les Assises : et après ?

Les choix politiques sont faits Passée la stupeur des annonces du Président à l’issue des Assises de la Santé mentale et de la Psychiatrie (Président…
Demande de résiliation d'abonnement