Notre Président aime les chèques psy… mais pas les psychologues

Le Président de la République a annoncé ce mercredi 14 avril l’instauration d’un forfait de dix séances pour les enfants de 3 à 17 ans, chez un psychologue installé en libéral. Cette annonce est évidemment très appréciée par les parents ou les adultes qui assurent la fonction parentale, et pour cause.

Mais non, Monsieur le Président, on ne trouve pas les psychologues dans des pochettes surprise !

Voilà un an que les organisations représentatives de la profession (Ffpp et SNP) travaillent avec le Ministère de la Santé sur la question du remboursement des consultations de psychologues. Depuis l’automne 2020 et suite aux mesures du Ségur, nous travaillons également avec les médecins généralistes des Maisons Pluri-professionnelles de Santé et la Cnam pour un projet qui se voulait ambitieux et dont le Ministère de la Santé a ralenti les avancées à raison d’y inclure les enfants et les adolescents dans un projet construit.

La Cnam reste très attachée au modèle de l’expérimentation mise en place sur quatre départements depuis janvier 2018 pour les adultes de 18 à 60 ans présentant des troubles anxieux et dépressifs légers à modérés. La profession revendique fermement son opposition à la prescription et un tarif décent pas les 22 € tarifés dans l’expérimentation.

Suite aux annonces présidentielles de février, notre Fédération a accompagné le dispositif spécifique à destination des étudiants sous la forme d’un chéquier d’accompagnement psychologique. Nous avions alors souligné la mesure d’exception et temporaire dans laquelle les psychologues voulaient bien s’engager comme un soutien en solidarité aux étudiants en détresse malgré un tarif qui ne correspondait pas à nos pratiques.

Non, les psychologues ne sont pas des professionnels que l’on « sonne » à coup de chèques cadeaux d’un côté quand de l’autre notre profession ne fait ni partie de celles qui vont bénéficier d’une revalorisation des grilles dans le cadre du Ségur, ni partie des professions considérées comme essentielles lorsqu’il s’agit de la garde des enfants.

Ceci donne l’impression que nous sommes des professionnels  que l’on vend à nos concitoyens par des effets d’annonce et de communication, sans prendre la peine d’en discuter les besoins et les modalités avec les professionnels eux-mêmes.

Nous sommes des professionnels de la relation, autonomes, avec un Titre unique, protégé et une pluralité des pratiques.

Aujourd’hui comme en février le tarif n’est bien sûr pas annoncé… complètement remboursé sans avance … comme les 30  € pour les étudiants ? Comme les 22 € des expérimentations ??

Une annonce sans concertation, au mépris des heures de travail avec le Ministère de la Santé et l’ensemble des partenaires impliqués dans les négociations en vue d’une réelle avancée dans la durée pour l’ensemble des usagers !!

Nous nous opposons à cet énième dispositif et exigeons une véritable décision sur le remboursement en faisant confiance à une profession qui travaille pour la population en détresse psychologique depuis plus de 50 ans.

Partagez l'article

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest
ACTUALITÉS
Cela pourrait également
vous intéresser

Les Assises : et après ?

Les choix politiques sont faits Passée la stupeur des annonces du Président à l’issue des Assises de la Santé mentale et de la Psychiatrie (Président…
Demande de résiliation d'abonnement