Positionnement FFPP au regard des psychologues non adhérents sur les réseaux

Nous avons constaté, en cette période malheureusement inédite, une forte mobilisation des énergies issues du terrain, des psychologues qui s’engagent de plus en plus. Parfois ces énergies convergent et dynamisent la profession, parfois, elles portent le risque de diffraction. Nous observons très fréquemment en ce contexte des modes d’expression qui font large place à des individualités qui semblent s’exprimer au nom de tous. Plus récemment encore, nous avons été sollicités par des psychologues pour les représenter au sein du Collectif « Santé en danger », s’exprimant par la voie d’une page Facebook regroupant des internautes, professionnels de santé, de l’hôpital, du médico-social, du secteur libéral, du personnel éducatif, social et des psychologues, qui estiment et à juste titre avoir été oubliés du Ségur, annoncé comme la Grand’messe de la Santé (voir notre communiqué du 15 juin à ce sujet). L’objectif est de faire remonter des revendications par type de profession, sans toutefois s’assurer que ces revendications soient au préalable le fruit d’une concertation en amont. Nous avons pu donc lire ici et là des propositions qui ne reflétaient en aucun cas une posture collective de la part des psychologues et nous le déplorons.
Nous rappelons ici la posture de la FFPP qui est avant tout une fédération d’adhérents et d’organisations, où chacun peut s’exprimer bien entendu, mais accepte de soumettre ses apports et de les maturer au sein d’un collectif, sans faire table rase des échanges et des consultations antérieures. Par exemple, les positions relatives à la réglementation par une voie différente d’un Ordre repose sur une longue réflexion publique, sur plusieurs votes, sur un partage de réflexions avec d’autres organisations représentatives (cf. les travaux conduits au sein du CERéDéPsy, regroupement des organisations représentatives de psychologues). Cette démarche s’appuie également sur la notion de titre unique qui implique de formuler des revendications par champ spécifique tout en gardant cohérence pour l’ensemble de la profession.
Nous rappelons que les questions statutaires et d’organisation sont à débattre en interne de la profession afin de trouver une position unitaire pour l’ensemble des psychologues, qui sont, en cette période, dans une quête identitaire forte. A ce titre, nous ne pourrons faire l’impasse sur un rassemblement de la profession autour des grands dossiers en cours. La question de la formation initiale et continue, les expérimentations du remboursement par la Sécurité sociale, les orientations du rapport IGAS en sont des exemples très récents. Nous rappelons également que les organisations et syndicats nationaux défendent déjà les intérêts des psychologues au sein des différentes instances dans lesquelles ils sont présents.
Nous rappelons enfin que le Ségur de la santé, quelles qu’en aient été les conclusions, a pour objectif de résoudre l’équation d’un secteur hospitalier fébrile au sein duquel tous les professionnels sans exception n’ont reçu que de maigres réponses, au grand dam des patients, premiers concernés.
Aussi, après discussion et concertation interne, la FFPP a choisi de ne pas représenter les psychologues au sein de la page Facebook « Santé en danger ». Nous ne pouvons, sur la forme et sur la méthode, y souscrire. Nous poursuivons la représentation de l’ensemble des psychologues, en référence au titre unique et aux pratiques plurielles, en renforçant la concertation sur les chantiers qui nous attendent – et ils sont nombreux – avec des interlocuteurs partageant le souci de la concertation démocratique. Mais nous devons également être attentifs à la parole qui s’exprime par des voies diversifiées : nous invitons les psychologues à participer au débat, à échanger, et à prendre en compte notre volonté de fédérer. Si, de l’extérieur, la « machine fédérative » peut paraître lente et chronophage et moins réactive que l’urgence exprimée par les réseaux sociaux, elle pèse cependant de plus en plus sur l’échiquier politique de la psychologie. La conjugaison et la dynamique des énergies individuelles et des instances organisationnelles fera sans nul doute la force de notre projet : fédérer.

Partagez l'article

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on linkedin
Partager sur Linkdin
Share on pinterest
Partager sur Pinterest
ACTUALITÉS
Cela pourrait également
vous intéresser
Demande de résiliation d'abonnement