Psychologues à l’hôpital
La FFPP a été auditionnée par la DGOS le 18 mars 2022

Début février, la Ffpp a sollicité la DGOS (Direction Générale de l’Offre de Soins) pour l’ouverture de travaux avec les organisations syndicales à propos du statut et des conditions de travail des psychologues dans la Fonction Publique Hospitalière. Nous avons été reçus, en visioconférence, le 18 mars par Monsieur Charpentier, sous-directeur des ressources humaines du système de santé, accompagné de 2 directeurs et d’un chargé de mission.

Les syndicats représentatifs, c’était un point d’importance pour la Ffpp, seront également auditionnés le 29 mars.

La Ffpp a souhaité aborder, dans la suite de son intervention aux Assises en septembre 2021, des points essentiels :

  • La situation problématique de l’accueil des stagiaires de Master 2 dans les hôpitaux, qui se voient majoritairement privés d’un stage de 500h, non scindé, faute d’une possibilité de gratification. Nos interlocuteurs ont évoqué la possibilité d’une recommandation/incitation à ce sujet.
  • La nécessité d’un plan de titularisation des psychologues de la FPH, qui sont à plus de 50 % contractuels, le plus souvent à temps partiel.
  • Une revalorisation de la grille salariale des psychologues, dont l’indice en début de carrière qui, en 1995, était supérieur de plus de 30 points aux kinésithérapeutes, IADE, IBODE est passé depuis à moins de 30 points des mêmes professions en 2021. Aujourd’hui, en début de carrière, un psychologue gagne moins qu’un infirmier.
  • La pérennisation du ratio pour le passage hors classe à un taux stable et respectueux.
  • La conclusion des travaux sur la structuration de la profession, qui doit être sans lien hiérarchique au sein des psychologues, et en articulation avec la loi sur le projet de psychologie qui pourrait de fait en être une des missions.
  • L’application des textes sur l’évaluation annuelle des psychologues par le directeur d’établissement, et par délégation le DRH, de manière homogène sur tout le territoire.
  • L’accès direct aux psychologues dans les CMP afin de respecter le choix des patients et de fluidifier des listes d’attente parfois bloquées par l’impossibilité d’un rendez-vous médical préalable.
  • Une augmentation importante des recrutements de psychologues dans la FPH afin de pouvoir répondre à une demande de soin croissante et aujourd’hui totalement saturée.

Nous avons évoqué la perte d’attractivité de la FPH pour les psychologues qui commencent à quitter l’hôpital , en raison des trop faibles salaires, mais aussi du fait d’un manque de considération qui leur demande constamment de se défendre là où ils ne souhaitent que l’application des textes, dans une égalité de traitement sur l’ensemble du territoire.

Nous avons également abordé la possibilité pour les psychologues d’assumer des responsabilités en articulation avec l’équipe pluri-professionnelle. Les compétences des psychologues sont sous-employées, des délégations de responsabilité s’opèrent déjà sur le terrain, mais ne peuvent être formalisées, reconnues et valorisées, faute de base légale.

Si la DGOS, par la voix de son DRH, a précisé nous écouter avec attention (une attention qui, jusqu’ici, n’a peut-être pas toujours été suffisante), elle a aussi signifié qu’à ce jour, elle n’avait pas d’enveloppe dédiée pour mener ce travail. Elle a cependant reconnu la nécessité de donner suite et de travailler ces sujets avec la profession, en y associant les syndicats représentatifs de la FPH.

Au regard de l’importance de ces enjeux pour les psychologues, la Ffpp s’est engagée à être force de proposition et poursuivra son engagement dans ces travaux avec la DGOS.

Partagez l'article

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager sur Pinterest
ACTUALITÉS
Cela pourrait également
vous intéresser
Demande de résiliation d'abonnement